Suppression du droit du sol à Mayotte, droite et extrême droite appellent à étendre la mesure à la Guyane Guyaweb, site d’information et d’investigation en Guyane

The content originally appeared on: Guyaweb

Suite à l’annonce par le ministre de l’Intérieur de sa volonté de supprimer le droit du sol à Mayotte afin de lutter contre l’immigration illégale, la droite et l’extrême droite se sont engouffrées dans la brèche idéologique ouverte par le gouvernement pour demander l’extension de cette mesure à d’autres territoires de la République, dont la Guyane.

En déplacement à Mayotte, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé ce dimanche un projet de révision de la Constitution pour supprimer le droit du sol dans le département ultramarin, afin de lutter contre les flux d’immigration illégale.

Depuis cette déclaration, l’extrême droite et le parti de droite Les Républicains (LR) – l’ancienne famille politique de Gérald Darmanin – au-delà de saluer cette annonce en profitent pour réclamer l’extension de la suppression du droit du sol à d’autres territoires de la République.

Ce mercredi 15 février, c’est le président du Sénat Gérard Larcher (LR) qui a appelé sur BFM-TV et RMC à ne pas « limiter » le débat « seulement à Mayotte » avant d’évoquer les cas de « la Guyane » et « Saint-Martin« . Une telle mesure pour ces deux territoires a d’ailleurs déjà été envisagée dans le cadre de la loi asile et immigration votée en décembre, avant qu’elle ne soit retoquée par le Conseil constitutionnel le 25 janvier en même temps que 40% du texte adopté par le Parlement.

Selon le président du Rassemblement national (RN), Jordan Bardella, qui s’est exprimé lundi sur France Info, c’est à l’ensemble du territoire national que la remise en cause du droit du sol devrait s’appliquer. « Pourquoi ce qui est possible à Mayotte ne le serait pas sur l’ensemble du pays ? » a-t-il interrogé avant de souligner la « victoire idéologique » de son parti sur ce sujet. L’idée de restreindre le mécanisme d’attribution de la nationalité française fait en effet historiquement partie du programme du RN. Elle est aujourd’hui avalisée et reprise par la droite et la Macronie.

Photo de Une : le président du Sénat, Gérard Larcher, membre du parti de droite Les Républicains © compte Twitter Gérard Larcher