Sursis pour avoir corrigé sa fillette de 11 ans à coups de ceinture

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

JUSTICE

Par Richard GARNIER
[email protected]

« C’est une question de coutume éducative », explique-t-elle à la barre. • @SHUTTERSTOCK

Les méthodes d’antan de correction des enfants sont désormais considérées comme de la maltraitance. Une mère vivant seule avec ses trois enfants l’a appris hier à ses dépens devant le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre. Pour avoir frappé régulièrement son aînée de 11 ans à coups de ceinture, elle écope de 6 mois d’emprisonnement avec sursis.

Vivant séparée du père de ses trois enfants, sans
qu’aucune décision sur leur garde n’ait encore été formalisée,
Yvanne Dorival, 33 ans, reconnaît avoir eu avec son aînée, fillette
âgée de 11 ans, des méthodes expéditives. Lui reprochant de sortir
trop souvent de l’appartement sans autorisation, et donc sans
prévenir, cette mère de famille a eu fréquemment recours à
la…