Taïwan détecte 66 avions militaires chinois autour de l’île, un record pour une même journée

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Le ministère taïwanais de la Défense a affirmé jeudi avoir détecté 66 avions militaires chinois autour de l’île en l’espace de 24 heures, un chiffre record depuis le début de l’année et au lendemain de manœuvres militaires dans les eaux environnantes.

La Chine revendique Taïwan, dirigée par un régime démocratique, comme faisant partie de son territoire, et a déclaré qu’elle ne renoncerait jamais à l’usage de la force pour prendre le contrôle du territoire.

Pékin a intensifié la pression sur Taipei ces dernières années. Le nouveau record de jeudi intervient alors que la veille, déjà, le gouvernement taïwanais avait affirmé que des avions chinois se dirigeaient vers le Pacifique occidental pour des exercices avec le porte-avions chinois Shandong, dans le cadre d’un entraînement maritime et aérien. 

“Soixante-six avions de l’Armée populaire de libération (APL) et sept navires de la Marine de l’APL opérant autour de Taïwan ont été détectés jusqu’à 06H00 du matin (22H00 GMT mercredi) aujourd’hui”, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Sur ce nombre, 56 ont franchi la ligne médiane du détroit de Taïwan, qui coupe en deux ce détroit de 180 kilomètres de large entre l’île et la Chine continentale.

Taipei “a réagi en conséquence”

Le ministère taïwanais a affirmé avoir “surveillé la situation et réagi en conséquence”. Il a publié un document montrant que certains avions s’étaient approchés à moins de 33 milles nautiques (61 km) de la pointe sud de Taïwan.

Le précédent record de l’année remonte au mois de mai, lorsque Pékin a envoyé 62 avions militaires et 27 navires de guerre autour de Taïwan.

Cela s’était produit après l’investiture du nouveau président taïwanais Lai Ching-te, que Pékin considère comme un “dangereux séparatiste”. La Chine avait alors organisé des exercices militaires autour de l’île en guise de “punition”. 

Pour l’expert militaire Su Tzu-yun, la dernière démonstration de force de la Chine est une réaction aux récents développements politiques, notamment la rencontre mercredi de M. Lai avec le nouveau directeur de l’Institut américain à Taïwan, ambassade de facto de Washington à Taipei. 

“Pékin fait pression sur Taïwan pour exprimer son mécontentement face au soutien dont elle bénéficie”, a déclaré M. Su, de l’Institut taïwanais de recherche sur la défense et la sécurité nationales.

Le ministre de la Défense taïwanais Wellington Koo a affirmé mercredi que le porte-avions n’était “pas passé par le canal de Bashi”, une voie navigable située au large de la pointe sud de Taïwan par laquelle les navires chinois transitent habituellement en direction de l’océan Pacifique. 

Présence de garde-côtes chinois

“Il est allé plus au sud, dans le canal de Balintang, en direction du Pacifique occidental”, a-t-il ajouté, en référence à une voie maritime située au nord de l’île de Babuyan, aux Philippines, à environ 250 kilomètres au sud de Bashi.

Mardi, l’état-major interarmées du Japon avait indiqué que quatre navires de la marine chinoise, dont le porte-avions Shandong, naviguaient en mer à 520 kilomètres au sud-est de l’île de Miyako.

Le porte-avions Shandong a été “observé en train de faire atterrir et décoller des avions de combat et des hélicoptères”, avait-il précisé.

Aux Philippines, un porte-parole de l’armée a indiqué avoir reçu des renseignements sur des manœuvres russo-chinoises dans la mer des Philippines, sans faire de commentaire sur le porte-avions.

La Chine a intensifié les pressions politiques et militaires autour de Taïwan, en envoyant un nombre record d’avions, de drones et de navires, tout en musclant sa rhétorique, parlant d’une “unification” qui est “inévitable”.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Lin Jian a réaffirmé jeudi que “Taïwan est une partie inaliénable du territoire chinois”. “La détermination du peuple chinois à sauvegarder la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale sont inébranlables”, a-t-il déclaré lors d’un point de presse régulier.

Le plus grand nombre d’aéronefs jamais vu autour de l’île a été enregistré en septembre dernier, lorsque Pékin a envoyé 103 avions de guerre et avions. 

Ces actions, qualifiées par les experts de “zone grise”, sont des tactiques hostiles qui ne vont pas jusqu’à une déclaration de guerre mais elles permettent d’éprouver les forces armées taïwanaises. 

Cette année, parallèlement à ces démonstrations de force autour du territoire autonome, la Chine a envoyé de plus en plus de navires des garde-côtes autour des îles situées autour de Taïwan. 

Jeudi, quatre navires de garde-côtes chinois ont “navigué dans les eaux (de Taïwan)” à 07H00 (23H00 GMT), ont indiqué les garde-côtes de Taipei, ajoutant qu’ils avaient quitté les lieux deux heures plus tard. 

Puis, à 10H00, les quatre navires “ont de nouveau navigué dans les eaux entourant l’île de Kinmen – située à cinq kilomètres de la ville chinoise de Xiamen – et nos patrouilleurs ont immédiatement avancé pour surveiller”, et ils sont repartis vers 12H00. 

“Depuis le début de l’année, les incursions dans les eaux contrôlées par notre camp se sont produites à 31 reprises”, ont-ils déclaré.

aw-dhc/juf/lgo/lpt

Un canon de défense anti-aérienne à Hualien, dans l’est de Taiwan, le 24 mai 2024
• Yasuyoshi CHIBA

Des avions de chasse F-16 taiwanais sur une base à Hualien, est de Taiwan, le 24 mai 2024
• Yasuyoshi CHIBA

Carte de Taïwan et de la Chine montrant notamment la ligne médiane du détroit de Taïwan, démarcation non officielle entre la Chine et Taïwan que la première ne reconnaît pas
• Patricio ARANA