Trump de retour à son procès en diffamation après ses victoires aux primaires

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Le procès en diffamation qu’a intenté une autrice contre Donald Trump reprend jeudi à New York en présence de l’ancien président des Etats-Unis qui doit y témoigner, fort de sa victoire aux primaires républicaines dans le New Hampshire.

L’homme d’affaires et tribun politique, qui se rapproche d’un match retour à la présidentielle de novembre contre Joe Biden, est revenu à New York mercredi soir et a quitté sa Trump Tower de Manhattan jeudi matin pour entrer au palais de justice du sud de l’île new-yorkaise, selon une photographe de l’AFP.

Ce procès au civil oppose depuis le 16 janvier une ancienne chroniqueuse de l’édition américaine du magazine Elle, Elizabeth Jean Carroll, 80 ans, à Donald Trump, 77 ans, qu’elle a déjà fait condamner au civil en mai 2023 à cinq millions de dollars de dédommagements pour agression sexuelle en 1996 et, une première fois, pour diffamation.

Faisant la navette depuis huit jours entre ses meetings de campagne dans les Etats et de l’Iowa et du New Hampshire et le tribunal fédéral de New York, l’ex-locataire de la Maison Blanche, qui rêve d’y retourner et sort renforcé par ses victoires aux primaires des 15 et 23 janvier, doit témoigner jeudi pour se défendre.

Cette audience avait été annulée lundi en raison de soupçons de Covid d’un juré et d’une avocate, et repoussée plusieurs fois jusqu’à ce jeudi.

Mercredi soir, sur sa plateforme Truth Social, Donald Trump a lancé pas moins de 37 attaques contre sa plaignante E. Jean Carroll, qu’il continue depuis des mois de dénigrer et d’insulter en la traitant de “tarée”, à l'”histoire bidon”, qu’il n’a “jamais vue de (sa) vie”.

Et ce malgré un premier verdict retentissant en mai à l’unanimité d’un jury populaire du même tribunal fédéral civil new-yorkais, le jugeant responsable d'”agression sexuelle” et de diffamation.

Ce second procès, qui n’est pas une audience en appel, découle d’une plainte en diffamation de l’écrivaine et ancienne journaliste pour des déclarations de M. Trump en juin 2019, alors qu’elle l’avait accusé pour la première fois de viol dans un livre.

Alors président des Etats-Unis (2017-2021), il avait affirmé que celle qui n’était “pas son genre” avait tout inventé pour “vendre un nouveau livre”. La procédure avait été retardée mais ce deuxième procès a été maintenu.

La plaignante réclame plus de dix millions de dollars pour préjudice moral et professionnel.

Donald Trump est aussi visé, en cette année électorale, par quatre affaires au pénal.

bur-nr/ube

Donald Trump quitte la Trump Tower alors que le procès en diffamation reprend à New York
• Cecilia SANCHEZ