Ukraine: le pont russe de Crimée partiellement…

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Le pont de Crimée, infrastructure clé et symbolique reliant la Russie à la péninsule annexée en 2014 au détriment de l’Ukraine, a été partiellement détruit samedi par une énorme explosion attribuée par Moscou à un camion piégé.

Après avoir pu sembler, par un tweet ironique samedi matin, reconnaître à mi-mots une attaque ukrainienne, le conseiller de la présidence ukrainienne Mykhaïlo Podoliak a renvoyé plus tard vers une “piste russe”, avançant que l’explosion était le résultat d’une lutte interne entre le FSB (services spéciaux russes) et les militaires russes.

Dans son adresse du soir, le président ukrainien Volodymyr Zelensky n’a pas fait de déclaration sur cette explosion. Il s’est contenté de dire, en évoquant la péninsule annexée : “Malheureusement, c’était nuageux en Crimée”.

Des images de vidéosurveillance diffusées sur les réseaux sociaux ont montré une puissante explosion au moment où plusieurs véhicules circulaient sur le pont, dont un camion que les autorités russes soupçonnent d’être à l’origine de la déflagration. Sur d’autres clichés, on peut voir un convoi de wagons citernes en flammes sur la partie ferroviaire du pont, et deux travées d’une des deux voies routières effondrées.

Selon les enquêteurs, l’attaque survenue au petit matin a fait trois morts: le conducteur du camion et deux personnes — un homme et une femme — qui se trouvaient dans une voiture juste à proximité lors de la déflagration et dont les corps ont été sortis des eaux.

Les autorités de Crimée ont annoncé dans l’après-midi que la circulation avait repris pour les voitures et les bus sur la seule voie routière du pont restée intacte. Les poids-lourds feront désormais la traversée sur des ferry. Le trafic ferroviaire devait être restauré dans la soirée, et un opérateur de la ligne a indiqué que deux trains avaient démarré à destination de Moscou et Saint-Pétersbourg.

Le Comité d’enquête a affirmé avoir établi l’identité du propriétaire du camion piégé, un habitant de la région de Krasnodar, dans le sud de la Russie, et que des investigations étaient en cours.

Ce pont en béton, construit à grands frais sur ordre de Vladimir Poutine pour relier la péninsule annexée au territoire russe, sert notamment au transport d’équipements militaires de l’armée russe combattant en Ukraine.

Si l’Ukraine est à l’origine de l’incendie et de l’explosion sur le pont de Crimée, le fait qu’une infrastructure aussi cruciale et aussi loin du front puisse être endommagée par les forces ukrainiennes serait un camouflet pour Moscou.

– “Nature terroriste” –

“La Crimée. Le pont. Le commencement. Tout ce qui est illégal doit être détruit, tout ce qui a été volé doit être rendu à l’Ukraine”, avait commenté dans la matinée sur Twitter Mikhaïlo Podoliak, conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Dans un communiqué diffusé plus tard par la présidence, il a cependant attribué l’explosion à une lutte interne entre le FSB et l’armée russe.

“Il convient de noter que le camion qui a explosé, selon toutes les indications, est entré sur le pont depuis le côté russe. C’est donc en Russie qu’il faut chercher les réponses (…) tout cela indique clairement une piste russe”, a-t-il déclaré.

La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a considéré cependant que les réactions à Kiev montraient la “nature terroriste” des autorités ukrainiennes.

L’armée russe, en difficulté sur le front de Kherson dans le sud de l’Ukraine, a elle assuré que l’approvisionnement de ses troupes n’était pas menacé. “Le ravitaillement (…) s’effectue de manière continue et complète, le long d’un couloir terrestre et partiellement par voie maritime”, a-t-elle annoncé.

L’Ukraine a frappé plusieurs ponts dans la région de Kherson ces derniers mois afin de perturber l’approvisionnement russe, ainsi que des bases militaire en Crimée, des attaques pour lesquelles elle n’a reconnu de responsabilité que plusieurs mois plus tard.

Si Moscou s’est pour le moment gardé d’accuser directement l’Ukraine, le chef du parlement régional installé par la Russie, Vladimir Konstantinov a dénoncé un coup “des vandales ukrainiens”.

Le dirigeant de la péninsule, Sergueï Aksionov s’est lui efforcé de rassurer en affirmant que la Crimée disposait de réserves de carburant pour un mois et de nourriture pour deux mois.

Selon un responsable de l’occupation russe dans la région ukrainienne de Kherson, voisine de la Crimée, Kirill Stremooussov, les réparations pourraient prendre “deux mois”.

– Nouveau commandant –

La Russie a toujours affirmé que le pont ne risquait rien en dépit des combats en Ukraine, mais elle a menacé par le passé Kiev de représailles si les forces ukrainiennes devaient attaquer cette infrastructure ou d’autres en Crimée.

Le député russe Oleg Morozov, cité par l’agence Ria Novosti, a réclamé samedi une réplique “adéquate”. “Sinon, ce type d’attentat terroriste va se multiplier”, a-t-il dit.

Depuis début septembre, les forces russes ont été obligées de reculer sur de nombreux points du front. Elles ont notamment été obligées de se retirer de la région de Kharkiv (nord-est) et de reculer dans celle de Kherson.

Confronté à une armée ukrainienne galvanisée et forte des approvisionnements en armes occidentales, Vladimir Poutine a décrété fin septembre la mobilisation de centaines de milliers de réservistes et l’annexion de quatre régions ukrainiennes bien que Moscou ne les contrôle que partiellement.

Le seul champ de bataille où les forces russes ont actuellement l’avantage est aux abords de la ville de Bakhmout, dans l’est de l’Ukraine.

Signe du mécontentement en haut lieu sur la conduite des opérations, Moscou a annoncé samedi avoir nommé un nouvel homme à la tête de son “opération militaire spéciale” en Ukraine, le général Sergueï Sourovikine, 55 ans.

Enfin la centrale nucléaire de Zaporijjia, au centre d’un bras de fer depuis des mois dans le sud de l’Ukraine, qui a nécessité son arrêt, a de nouveau perdu sa source d’alimentation électrique externe en raison de bombardements et s’appuie sur des générateurs d’urgence, a alerté samedi l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dont une mission est sur place.