Un escroc plus qu’experimenté devant le tribunal correctionnel

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

tribunal • C.B

L’homme qui a comparu mardi, devant le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre n’en est pas à son coup d’essai. Avec déjà 16 mentions à son casier judiciaire, cet escroc a une méthode bien rodée et un aplomb assuré par l’expérience. 

Roger Doloir avait pris l’habitude de se présenter comme juriste. Il a réussi à soutirer de grosses sommes d’argent à des personnes confiantes qui rêvaient de voir leurs projets immobiliers se réaliser. Il est clair que le prévenu est un homme qui maîtrise particulièrement bien la langue de Molière. Malgré sa position dans le box des accusés, il a gardé une attitude décontractée, comme s’il ne prenait pas tout à fait l’ampleur de la situation. Roger Doloir a été sorti de sa cellule pour assister au procès du jour. Il est incarcéré pour d’autres faits dont plusieurs autres escroqueries. Les faits qui lui sont reprochés, à cette audience, concernent des escroqueries commises du 3 février 2021 au 18 janvier 2022 au Moule. Mais aussi des abus de confiance commis du 1er janvier 2021 au 1er mai 2022 à Goyave et également l’exécution d’un travail dissimulé sur une exploitation agricole du 1er mai 2021 au 1er mai 2022 à Petit-Canal.

Plusieurs dizaines de milliers d’euros volés

Quatre parties civiles étaient constituées pour cette audience. Trois particuliers et la caisse générale de sécurité sociale de la Guadeloupe. Chacune de ses entités a perdu de grosses sommes d’argent, notamment un couple de retraités qui souhaitait faire avancer leur dossier de construction de bungalow. M. Doloir leur a soutiré en tout 29 100 euros pour la gestion de ce dossier, qui comme on peut s’en douter, n’a pas abouti. Ce sont donc toutes leurs économies qui sont passées aux mains de cet escroc. Dans un autre dossier, il aurait escroqué plus de 40 000 euros aux victimes.

Cet homme à la longue expérience ne se laisse pas démonter par les questions du juge, il aurait même fait savoir qu’il était pressé d’aller manger le court-bouillon de poisson qu’il a commandé pour son déjeuner, façon détournée mais culottée de dire aux juges de se dépêcher. Il espérait donc que la décision serait rendue rapidement. Le procureur de la république a requis cinq ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende mais le tribunal a finalement décidé d’être un petit peu moins sévère. Il a été reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés et a été condamné à trois ans de prison ferme et 30 000 euros d’amende ainsi que l’obligation d’indemniser les victimes.

Il était incarcéré jusqu’en 2024, il est retourné derrière les barreaux avec trois ans de plus et sera bientôt jugé pour d’autres escroqueries.

Flora FERDINAND