« Valeurs actuelles » condamné en appel pour injure publique à caractère raciste envers la député Danièle Obono

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Le directeur et un journaliste de l’hebdomadaire Valeurs actuelles ont été condamnés en appel à une amende de 1 000 euros avec sursis, 5 000 euros de dommages et intérêts à verser à Danièle Obono.

Condamnés en Septembre 2021, le directeur de l’hebdomadaire Valeurs actuelles, Erik Monjalous, et Laurent Jullien, un journaliste de l’hebdomadaire, ont été condamnés en appel  ce jeudi (16 novembre) à une amende de 1 000 euros avec sursis pour injure publique à caractère raciste envers la député Danièle Obono (La France Insoumise).

Ils ont également été condamnés par la cour d’appel de Paris à verser 5 000 euros de dommages et intérêts à la député ainsi qu’un euro symbolique pour les associations s’étant constituées parties civiles auprès de la député.

Des peines inférieures à celles prononcées en première instance

Ces peines sont inférieures à celles prononcées en première instance.

En effet, en septembre 2021, Erik Monjalous et Laurent Jullien avaient été condamnés à une amende de 1 500 euros chacun et à verser 5 000 euros de dommages et intérêts à Mme Obono. Jeudi, le directeur de la rédaction de VA, Geoffroy Lejeune, également condamné en première instance, a été relaxé de toutes les poursuites à son encontre.

Dans son réquisitoire, l’avocat général Michel Lernoux avait rappelé que « c’est essentiellement en raison de son origine » que Danièle Obono avait été choisie. Il avait requis 10 000 € d’amende contre Laurent Jullien, Geoffroy Lejeune et Erik Monjalous.