Funérailles de l’opposant Navalny à Moscou, ses soutiens appelés à se rassembler

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

L’opposant russe Alexeï Navalny doit être enterré vendredi dans un cimetière de Moscou après une cérémonie d’adieu dans une église, à laquelle son équipe a appelé ses soutiens à participer malgré le risque d’arrestations par la police.

Principal détracteur du Kremlin et charismatique militant anticorruption, Alexeï Navalny est mort le 16 février à l’âge de 47 ans dans une colonie pénitentiaire russe de l’Arctique dans des circonstances qui restent obscures. Ses collaborateurs, sa veuve Ioulia Navalnaïa et les Occidentaux ont accusé Vladimir Poutine d’être responsable de sa mort, ce que le Kremlin nie.

Après avoir tardé à remettre la dépouille de M. Navalny à ses proches, les autorités russes s’y sont finalement résolues le week-end dernier, permettant des funérailles.

Le service funéraire doit commencer vendredi à 14H00 (11H00 GMT) dans une église du district de Marino, dans le sud-est de la capitale russe, où habitait l’opposant lorsqu’il était libre.

Les journalistes de l’AFP ont constaté vendredi matin que plusieurs dizaines de membres des forces de l’ordre, dont des policiers antiémeute, ont été déployés dans la zone. Les autorités ont aussi délimité avec des barrières métalliques, sur plusieurs centaines de mètres, le chemin menant de l’église au cimetière.

“Peur et tristesse”

Environ 200 personnes attendaient déjà près de l’église pour aller rendre hommage à l’opposant, certaines personnes tenant des fleurs dans les mains, d’autres ayant les larmes au yeux. 

“Nous n’avons plus de politiciens comme ça et personne ne sait quand on en aura à nouveau”, regrette auprès de l’AFP Maria, 55 ans, une bibliothécaire, disant ressentir à la fois “de la peur et de la tristesse”.

Alexeï Navalny a “montré la liberté” et avait “foi en un avenir radieux”, note par sa part Maxime, un informaticien de 43 ans également venu faire ses adieux à l’opposant et requérant lui aussi l’anonymat.

Selon le rite orthodoxe, le corps d’Alexeï Navalny sera exposé dans l’église à cercueil ouvert pour ses proches, avant une mise en terre au cimetière de Borissovo situé à proximité, deux heures plus tard.

Son équipe a cependant révélé jeudi que les services funéraires refusaient d’emmener la dépouille de l’opposant. “C’est une véritable honte. Les chauffeurs de corbillard refusent maintenant d’emmener Alexeï de la morgue”, a déploré sur Telegram Ivan Jdanov, l’un des proches collaborateurs de M. Navalny.

Selon son équipe, les équipes funéraires “reçoivent des appels de personnes inconnues les menaçant pour qu’elles n’emmènent pas le corps d’Alexeï où que ce soit”.

Depuis la remise du corps d’Alexeï Navalny à sa mère samedi, l’équipe de l’opposant cherchait un lieu pour un “adieu public” mais se voyait “rejeter” toute demande, accusant les autorités de faire pression sur les gérants.

“Mémoire bafouée”

Son équipe a malgré tout appelé les Moscovites à venir faire leurs adieux à Alexeï Navalny, et ses soutiens dans les autres villes et à l’étranger à se rassembler devant des mémoriaux pour honorer sa mémoire. Des rassemblements qui pourraient être gênants pour le pouvoir, deux semaines avant l’élection présidentielle (15-17 mars) censée prolonger le règne de Vladimir Poutine au pouvoir.

Près de 400 personnes ont été arrêtées par la police dans les jours qui ont suivi la mort de l’opposant, lors de rassemblements improvisés en sa mémoire.

Ioulia Navalnaïa a regretté mercredi qu’aucune cérémonie civile n’ait été autorisée pour permettre l’exposition du corps de son mari à un plus large public, comme c’est souvent le cas après le décès de grandes personnalités en Russie.

“Les gens au Kremlin l’ont tué, puis ont bafoué son corps, puis ont bafoué sa mère et maintenant bafouent sa mémoire”, a-t-elle fustigé, accusant Vladimir Poutine et le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, d’être responsables de cette situation.

Mme Navalnaïa a également dit, dans un discours au Parlement européen à Strasbourg, redouter des arrestations lors des funérailles.

Avant son empoisonnement en 2020, auquel il avait survécu de justesse et pour lequel il accusait Vladimir Poutine, puis son arrestation et sa condamnation à 19 ans de prison pour “extrémisme”, Alexeï Navalny parvenait à mobiliser des foules, en particulier dans la capitale russe.

Son mouvement, qui s’appuyait sur des enquêtes dénonçant la corruption des élites russes, a été méthodiquement démantelé au cours des dernières années, envoyant nombre de ses collaborateurs derrière les barreaux ou en exil.

Après la mort de son mari, Ioulia Navalnaïa a promis de poursuivre son combat.

bur/ybl

L’opposant russe Alexeï Navalny s’adresse à ses soutiens lors d’un rassemblement anti-Poutine non autorisé, le 5 mai 2018 à Moscou
• Kirill KUDRYAVTSEV

Carte montrant l’église où sont prévues vendredi 1er mars les obsèques d’Alexeï Navalny, et pointant également le cimetière de Borissovo, dans le sud-est de Moscou, en Russie
• Sabrina BLANCHARD

Arrivée des premiers participants pour la cérémonie d’adieu dans une église du district de Marino (sud-est de Moscou) pour Alexei Navalny, le 1er mars 2024
• Alexander NEMENOV

Des photos de l’opposant Alexeï Navalny sont exposées près de fleurs déposées au niveau du monument pour les victimes des répressions politiques, le 17 février 2024 à Moscou
• Alexander NEMENOV

Arrivée du cerceuil de Alexei Navalny au cimetière de Borisovo dans le district de Marino près de Moscou, le 1er mars 2024
• Olga MALTSEVA

Photo aérienne le 1er mars 2024 du cimetière de Borisovo près de Moscou où doit être enterré Alexei Navalny
• Olga MALTSEVA

La foule se presse pour la cérémonie funéraire de Alexei Navalny, dans le disctrict de Marino, le 1er mars 2024.
• Andrey BORODULIN