Haïti dans l’attente de nouveaux dirigeants, situation «explosive» à Port-au-Prince

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

La situation reste “explosive” vendredi à Port-au-Prince selon l’ONU, au moment où les Haïtiens attendent la nomination d’autorités de transition après la démission du Premier ministre contesté, avec l’espoir prudent que le pays ravagé par les gangs puisse s’engager sur la voie de la stabilité.

Après quelques jours d’une relative accalmie, des violences ont été enregistrées dans la capitale, qui est à 80% aux mains des bandes armées. Sur deux routes principales du centre-ville, des habitants ont érigé des barricades pour tenter de se protéger des attaques de gangs mais aussi en signe de protestation, selon un correspondant de l’AFP.

La situation à Port-au-Prince reste “explosive et tendue”, a affirmé le bureau des opérations humanitaires de l’ONU (Ocha).

Certains habitants critiquent aussi une éventuelle instauration d’un conseil présidentiel de transition, soutenue par  la Communauté des Caraïbes (Caricom), l’ONU et les Etats-Unis.

“Je suis dans la rue maintenant et je suis très en colère”, a expliqué à l’AFP François Nolin, en affirmant que “les Américains nous imposent certaines conditions pour diriger le pays. Et ce n’est pas normal, la Constitution de notre pays nous montre déjà comment nous organiser.”

“Les Blancs n’ont pas le droit de se mêler de nos affaires”, a renchéri Jesula, qui ne souhaite pas donner son nom. “Car au lieu d’arranger les choses, ils vont les empirer”, craint-elle. 

Dans le passé, le pays a connu une intervention militaire américaine en 1915 et une épidémie meurtrière de choléra entre 2010 et 2019, introduite par des Casques bleus.

Le couvre-feu nocturne a été prolongé jusqu’à dimanche dans le département de l’Ouest, englobant Port-au-Prince, selon le bureau du Premier ministre qui expédie les affaires courantes. 

“Il y a plein d’évadés des prisons dans les rues. La situation s’aggrave régulièrement. La décision de déclarer l’état d’urgence en Haïti avec un couvre-feu (…) est louable (…), mais ce n’est pas comme ça que ça devrait être”, a déploré Edner Petit, un habitant de Port-au-Prince.

L’Association médicale haïtienne a dit sa “consternation” face à “la fermeture forcée d’hôpitaux” et aux “actes de violences physiques sur le personnel soignant”.

Désaccords

Lundi le Premier ministre Ariel Henry, dont le mandat a été marqué par une montée en puissance des gangs et qui avait été nommé quelques jours avant l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet 2021, a annoncé qu’il démissionnait.

La nouvelle est intervenue en pleine réunion d’urgence de la Communauté des Caraïbes (Caricom) avec des représentants haïtiens, l’ONU et plusieurs pays comme les Etats-Unis. Ces groupes ont chargé des formations haïtiennes de mettre sur pied un conseil présidentiel de transition.

Plusieurs des partis choisis ont soumis le nom de leur représentant à la Caricom, ont indiqué plusieurs sources à l’AFP.

Dans un premier temps, les membres du collectif du 21 décembre, le groupe qui a soutenu Ariel Henry, n’ont pas pu se mettre d’accord sur un représentant unique et en ont désigné trois. 

Mais ils sont en pourparlers pour trouver un candidat de consensus, selon des sources proches des négociations.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken s’est dit vendredi confiant dans le fait que le conseil pourrait voir le jour “dans les jours à venir”. 

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres “veut que toutes les parties prenantes haïtiennes mettent de côté leurs divergences” pour faire avancer la mise en place des autorités provisoires, selon son porte-parole Stéphane Dujarric.

Aide humanitaire

Le conseil présidentiel de transition doit être composé de sept membres représentant les principales forces politiques en Haïti et le secteur privé. Il doit choisir un Premier ministre intérimaire et nommer un gouvernement “inclusif”.

En seront exclues les personnes inculpées ou condamnées par la justice, sous le coup de sanctions de l’ONU, comptant se présenter aux prochaines élections en Haïti et/ou s’opposant à la résolution onusienne sur le déploiement d’une mission multinationale d’appui à la sécurité.

Le Kenya, qui doit déployer un millier de policiers dans le cadre de cette mission, a annoncé suspendre l’envoi de ses hommes, mais a assuré qu’il interviendrait une fois un conseil présidentiel installé.

D’après le Programme alimentaire mondial, 44% de la population haïtienne se trouve dans une situation d’insécurité alimentaire aiguë.

Les Nations unies ont indiqué qu’elles allaient mettre en place un “pont aérien” entre Haïti et la République dominicaine voisine pour permettre “la fluidité de l’aide humanitaire”. Les Etats-Unis ont de leur côté annoncé vendredi une aide humanitaire supplémentaire de 25 millions de dollars. 

str-gma-iba/cha/am/lgo

Couvre-feu à Haïti : réactions d’habitants de Port-au-Prince
• Luckenson JEAN

Carte des territoires des coalitions de gangs contrôlant Port-au-Prince
• Guillermo RIVAS PACHECO

Une rue de Port-au-Prince, le 12 mars 2024 en Haïti
• Clarens SIFFROY

Une femme passe devant un un restaurant brûlé par des bandes armées, le 12 mars 2024 à Port-au-Prince, en Haïti
• Clarens SIFFROY

Haïti dans l’attente de nouveaux dirigeants, situation “explosive” à Port-au-Prince
• Luckenson JEAN